28 août - Stylurus - rivière Jacques-Cartier - Shannon

À mon arrivée au pied de la chute à Shannon vers 09h45, une courte inspection visuelle ne révèle rien de bien spécial. J'emprunte alors un sentier longeant la rivière Jacques-Cartier qui m'amène à un endroit où je découvre le point de vue qui apparaît sur la photo plus bas. Çà me semble un site prometteur et je décide de m'y attardé.


Vue sur la rivière Jacques-Cartier

J'accède la pointe de roche et la première libellule que j'observe à cet endroit est un ophiogomphus que je ferai levé deux fois et que je ne pourrai pas identifier correctement. La seule espèce que je peux pratiquement éliminer et qui correspond à la taille de l'individu observé est l'Ophiogomphus du Maine - Ophiogomphus mainensis. Ce dernier n'a pas de tache jaune sur S8 et S9 contrairement à ce que j'ai observé. Je n'aurai qu'une seule chance de la capturer mais j'ai été surpris par la vitesse avec laquelle il a esquivé mon coup de filet!

Je remarque alors une couple de libellule allant et venant le long du rivage à la manière des "boyeria". Je tente d'en capturer une mais pas plus de vaine. Mon attention est alors détourné vers une autre espèce que je viens de voir passer et qui a du jaune sur l'abdomen et le thorax. J'en observe même plusieurs, trois ou quatre en même temps, se poursuivant et entrant même en contact. Après de longues poursuites l'une d'elle finit par se poser sur le petit îlot de sable humide face à la pointe. Je m'avance sur le bord des roches d'où je peux mieux la voir avec mes longues-vues. Elle décolle aussitôt à la poursuite d'un autre individu. Elles viennent passées tout près et vlan! dans le filet que je m'empresse de plaquer au sol pour ne pas qu'elle s'échappe. Mais à mon plus grand désarroi ce qu'elle réussira à faire alors que subsistait une petite ouverture entre le sol et mon filet à cause d'une roche.

Avec l'arrivée de nuages tout semble s'être subitement calmé. Je retourne tout près de la rive pour tenter de surprendre une boyeria. Je la vois s'en venir et hop cette fois je réussis à l'attraper et il s'agit d'une Aeschne vineuse - Boyeria vinosa.


Aeschne vineuse - Boyeria vinosa

Avec le retour du soleil l'activité revient rapidement autour de l'îlot de sable. Je troque le filet pour l'appareil photo puisque ces libellules ne se laissent guère approcher. Je prends plusieurs clichés et je retourne m'assoir pour les identifier. Je constate qu'il s'agit de stylurus, des Gomphe de Scudder - Stylurus scudderi. Une fois au milieu de la rivière quelques uns semblaient même très curieux et s'approchaient à quelques pieds de moi (évidemment juste hors de portée d'un filet).


Gomphe de Scudder - Stylurus scudderi

Pas très loin un autre se pose sur une roche et je réussis à m'approcher à environ trois mètres.


Gomphe de Scudder - Stylurus scudderi

Finalement la totale! Celui-ci se laisse approcher à un mètre.


Gomphe de Scudder - Stylurus scudderi

Je retourne chercher mon filet avec l'impression qu'ils ne sont peut-être pas si farouche que çà finalement... L'heure qui suit sera pour le moins frustrante. Ils sont vraiment peureux ces gomphes.

Je reviens vers la rive pour voir si l'ophiogomphe de ce matin ne serait pas revenu. Je n'ai pas le temps de me rendre que je capture une libellule au passage. Belle prise, une Aeschne fuligineuse - Boyeria grafiana.


Aeschne fuligineuse - Boyeria grafiana

Au moment de quitter je lève une libellule qui était posée dans des friches au bord de l'eau. Elle s'éloigne et se pose sur un tronc tombé dans la rivière. Je l'observe et je remarque qu'elle est en train de pondre.

Aeschne vineuse - Boyeria vinosa - femelle en train de pondre
 
Le compte finale pour la journée:

un mâle et une femelle Aeschne vineuse - Boyeria vinosa
un mâle Aeschne fuligineuse - Boyeria grafiana
un ophiogomphus non identifié
six mâles et une femelle Gomphe de Scudder - Stylurus scudderi plus un coeur copulatoire


Alain Côté

Aucun commentaire:

Publier un commentaire