7 septembre - visite à Val-d'Or en Abitibi

J'ai pu profiter d'une journée complète dans la région de Val-d'Or pour découvrir les libellules de ce secteur. J'ai visité les sites miniers East Sullivan et Manitou où l'on retrouve deux grands étangs fréquentés par une belle variété d'oiseaux composée surtout de canards barboteurs. Il y a bien quelques autres espèces aquatiques mais se sont sans contredit les deux cygnes trompettes, présents depuis le printemps, qui règnent en maître sur ces étangs. L'environnement semble donc prometteur pour découvrir aussi quelques espèces de libellules.

Au moment de me déplacer vers les étangs en question le ciel était couvert avec une légère bruine intermittente, le vent était du secteur ouest ou sud-ouest avec un beau 15 degrés Celsius. Je pensais vraiment que les libellules seraient inactives... mais attention les libellules du nord c'est pas des moumounes je vous le dis. Dès mon arrivée à l'étang de la mine East Sullivan, je remarque plusieurs easchnes en rase-mottes qui patrouillent un fossé et elles sont très actives chassant et capturant des insectes pour se nourrir. Quelques coups de filet me permettent de constater qu'Aeshna interrupta prédomine à cet endroit.

Aeschne domino - Variable Darner - Aeshna interrupta - mâle

Un peu plus loin je m'arrête pour observer ces magnifiques oiseaux que sont les deux cygnes trompettes. Présents depuis le printemps ils sont relativement peu farouches et s'approchent à moins de 20 mètres de moi me permettant de les photographier sous tous les angles. Je ne peux m'empêcher de vous les présenter, ce qui vous permettra par le fait même d'apprécier le type de milieu que j'ai inventorié cette journée là.

Cygne trompette - Trumpeter swan - Cygnus buccinator

Après avoir observé ces deux grands oiseaux à volonté, je suis revenu en mode libellules. Une petite averse m'a forcé à rester dans l'auto une bonne demi-heure avant de retourner sur le terrain. Pendant ce temps l'activité des aechnes a certes diminuer mais pas vraiment arrêtée alors que j'en observe voler à travers les quenouilles depuis mon véhicule. La pluie qui cesse éventuellement et la température maintenant bien au dessus de 20 degrés Celsius me permet de repérer plusieurs individus regrouper pour se nourrir (swarn). J'accède rapidement l'endroit et je m'installe pour en capturer quelques unes. C'est pas moins d'une vingtaine d'aeschnes que je prend au filet en moins de 45 minutes alors qu'elles sont affairées à saisir des insectes en rase-mottes au dessus de la végétation et des arbustes. Majoritairement je capture des Aeshna interrupta mais aussi deux Aeshna canadensis, trois Aeshna eremita et deux Aeshna umbrosa. Dans le même secteur je surprend aussi quelques Lestes disjunctus et un mâle Enallagma annexum.

Le dégagement annoncé s'amorce et active d'autres espèces que je n'avais pas encore repérées. Tout au long de l'après-midi je repère et capture plusieurs espèces de sympétrums qui sont aussi les proies favorites des aeschnes en cavales. Les Sympetrum costiferum, l'autre espèce la plus abondante, sont aussi du menu alors qu'ils se font surprendre par les attaques répétitives de plusieurs aeschnes. Parmi les quelques peupliers de un à deux mètres bordant la digue ce sont des Sympetrum semicinctum que je découvre. Ils ne vont pas au sol et préfèrent se poser sur le feuillage de ces derniers.

Sympetrum semi-ambré - Band-winged meadowhawk - Sympetrum semicinctum - mâle - nouvelle espèce pour l'Abitibi

Dans le secteur du site minier Manitou, je n'ajoute pas de nouvelles espèces mais je découvre une petite population de Sympetrum danae avec plusieurs couples en train de pondre alors qu'Aeshna interrupta y est toujours l'espèce dominante en nombre. Voici d'ailleurs une femelle de cette espèce que j'ai capturé à cet endroit et qui pourrait appartenir à la sous-espèce Aeshna interrupta lineata que l'on retrouverait dans le nord-ouest de l'Ontario. Vos commentaires sont les bienvenus à ce propos.

Commentaire de Michel Savard:

Les différentes formes de coloration d'Ae. interrupta sont des phénotypes qui ne sont généralement plus considérés comme des sous-espèces. Toutes les formes intermédiaires entre « interrupta » et « lineata » seraient possibles au sein d'une même population, mais l'une d'elles se démarquera dans une localité. La forme à bandes interrompues est fréquente dans l'est du Québec, mais il n'est pas rare de rencontrer des formes à bandes plus linéaires, mais non de forme typique « lineata » à ma connaissance. Selon les descriptions de Walker (1912, 1958), la femelle photographiée en Abitibi ne correspond pas à la forme typique de « lineata » qui est caractérisée par un thorax plus massif et par des bandes linéaires plus minces et régulières. Voici la planche originale des sous-espèces types d'Ae. interrupta que Walker avait alors décrites en 1912:


Image



Aeschne domino - Variable Darner - Aeshna interrupta - femelle

La liste des espèces de la journée:

10 Lestes congener
15 Lestes disjunctus
1 Enallagma annexum ♂
5 Aeshna canadensis
3 Aeshna eremita
25 Aeshna interrupta
2 Aeshna umbrosa
12 Sympetrum obtrusum
21 Sympetrum costiferum
8 Sympetrum danae
6 Sympetrum semicinctum


Alain Côté

Aucun commentaire:

Publier un commentaire